Les précisionnistes

Le précisionnisme est un mouvement artistique apparu au début des années 1920 aux États-Unis. Influencé par le cubisme et le futurisme, ce mouvement a pour principaux représentants Charles Demuth et Charles Sheeler. Une partie de l’œuvre de Georgia O’Keeffe, dont le mari Alfred Stieglitz fut aussi impliqué, peut aussi être associée à ce courant. De même pour Edward Hopper qui n’est pas à proprement parler un précisionniste, mais dont le style en reprend beaucoup de caractéristiques.

Le style précisionniste se caractérise par une représentation cubiste mais figurative (cubo-réalisme). Les thèmes sont souvent des paysages industriels et urbains (cheminées d’usines, bâtiments, châteaux d’eau) représentés de façon cubiste, parfois proche de l’abstraction mais parfois réalistes voire photoréalistes. D’autre part, ces représentations figuratives idéalisées sont généralement vides de toute présence humaine.
Formé à la suite de l’exposition de l’Armory Show à New York en 1913, ce groupe cherchait à adapter les réalités de la « vie américaine » aux qualités formelles qu’ils discernaient surtout dans la peinture cubiste, s’intéressant à la structure fondamentale des objets et libérant le sujet de son côté anecdotique et romantique pour n’en retenir que les aspects essentiels. Ces peintres avaient appris que leurs collègues français regardaient les États-Unis avec admiration, comme s’ils étaient l’expression du modernisme industriel, la réalisation même de la beauté du XXe siècle.

Le précisionnisme n’eut pas un grand retentissement en dehors des États-Unis. À vrai dire, les artistes cités étaient un groupe très restreint, particulièrement actif dans les années 1920 et 1930, où ils organisèrent quelques expositions communes. Mais aucun manifeste ne fut créé pour ce mouvement. Ils influencèrent toutefois les hyperréalistes par leurs méthodes de travail, mais aussi bien plus tard le Pop art.
De nos jours, quelques peintres pourraient encore être rattachés à ce mouvement esthétique comme le français Daniel Levigoureux à l’esthétique franchement précisionniste.

Charles Sheeler

Charles Sheeler, né le 16 juillet 1883, et mort le 7 mai 1965, est un photographe et peintre américain et l’un des fondateurs du mouvement du Précisionnisme.
Né à Philadelphie, il étudie d’abord à la Philadelphia School of Industrial Art, puis à la Pennsylvania Academy of Fine Arts. En 1908, il voyage à Paris, au moment où la popularité du Cubisme démarre. Il y découvre des artistes comme Cézanne, Picasso ou Braque. De retour aux États-Unis, il réalise qu’il ne pourra pas vivre de sa peinture, et se dirige alors vers la photographie commerciale. C’est un photographe autodidacte, apprenant avec un appareil à 5 dollars, un Brownie de Kodak.
Comme photographe commercial, il se spécialise dans le domaine de l’architecture, des usines et des machines. Il travaille sur commande, par exemple en 1927 pour Ford, dont il peint et photographie les usines, ou, en 1940, pour le magazine Fortune, qui lui commande une série de six photographies.
Ses tableaux, comme ses photographies, traitent aussi d’architecture ou de machines. Il y a d’ailleurs souvent une photographie à l’origine du tableau, comme par exemple pour Upper Deck, l’une de ses plus fameuses œuvres.

Charles Demuth

Charles Demuth (Lancaster, Pennsylvanie, 1883 – id., 1935) est un peintre et photographe américain. Avec Charles Sheeler, il est le principal représentant du mouvement précisionniste. Il s’intéresse essentiellement à la représentation cubiste de sujets urbains et industriels. Son style est caractérisé par des formes simplifiées et écrasées, traversées par des lignes de force qui rythment la composition.

Vers 1915, il rejoint le groupe avant-gardiste d’Alfred Stieglitz, et expose dans sa galerie, le 291. Dans les années 1920, sa série de portraits, collages d’objets, de lettres et de chiffres (I saw the figure five in gold), annonce les réalisations à venir du Pop’Art.
Il fut également un merveilleux aquarelliste, notamment inspiré par les natures-mortes de Cézanne.

Ralston Crawford

Ralston Crawford (5 Septembre 1906 – 27 avril 1978) était un peintre, lithographe et photographe américain.
Il est né au Canada, à Saint-Catharines, en Ontario, et a passé son enfance à Buffalo, New York. Il a étudié l’art dès 1927 en Californie à la Otis Art Institute. Après avoir travaillé aux studios Walt Disney, il est retourné dans l’est pour poursuivre ses études à la Pennsylvania Academy of Fine Arts et à la Fondation Barnes où il a vu des tableaux de Picasso et de Matisse. En 1934, il fait sa première exposition personnelle au Maryland Institute College of Art.
Crawford est surtout connu pour ses représentations abstraites de la vie urbaine et de l’industrie. Ses premiers travaux le placent clairement avec les précisionnistes comme Charles Sheeler. Plus tard ses travaux sont devenus géométriquement abstraits.

Edmund Lewandowski

Edmund Lewandowski (1914-1998) est un artiste américain qui a été souvent exposé dans la galerie Downtown du marchand d’art moderne Edith Halpert, aux côtés d’autres artistes précisionnistes tels que Charles Sheeler, Charles Demuth, Georgia O’Keeffe, Ralston Crawford, George Ault, et Niles Spencer.
Au début de sa carrière, il travaillait comme enseignant à l’école publique pour gagner sa vie tout en pratiquant la peinture et en cherchant des travaux dans la publicité et l’illustration. C’est en 1936 qu’il est invité par Edith Halpert à rejoindre sa galerie. Plus tard, il fut président du département d’art à l’Université Winthrop de Rock Hill, en Caroline du Sud, où il enseigna de 1973 à 1984, avant sa retraite, quand il a été nommé professeur émérite.

D’autres précisionnistes américains

Preston Dickinson, Niles Spencer, Louis Lozowick, Georgia O’Keeffe, Elsie Driggs, George C. Ault, Edward Hopper, Allan Gould, Miklos Suba, Francis Criss, et quelques autres…

Daniel Levigoureux, précisionniste français

Daniel Levigoureux, né en 1945 à Liévin, est un peintre français. Formé aux techniques du vitrail de 1964 à 1967 à l’École des métiers d’Art à Paris, il est d’abord tenté par l’abstraction géométrique, puis s’intéresse à la peinture figurative de paysage. Une importante exposition intitulée « Paysages entre terre, ciel et mer » lui a été consacrée au Musée départemental de l’Oise à Beauvais fin 2004 – début 2005, ainsi qu’une rétrospective à Meaux en 2011. Il fût par ailleurs enseignant à l’École supérieure d’Art et de design d’Amiens.

Daniel Levigoureux est un peintre dont le regard intime sur le paysage nous offre des toiles à l’univers évidé proche de ce qu’Edward Hopper avait réalisé dans les années 1940. Sa construction de l’espace et de la lumière par des jeux d’aplats, où les tons pastels se trouvent parfois rehaussés par la stridence d’une note colorée plus acidulée, a un aspect géométrique où tout est dit par de grands plans qui ne laissent aucune place à l’anecdote. C’est presque une peinture de nature morte mise en scène dans un ciel qui détermine l’ambiance. Il y a quelque chose d’intemporel dans ses paysages où la figure humaine est systématiquement absente mais en même temps présente à travers l’architecture des villes et des villages comme des champs.
Le motif obsède Daniel Levigoureux qui ne peint et ne dessine que sur nature à partir d’une camionnette vitrée qu’il a spécialement aménagée. Mieux qu’un abri mobile contre la pluie et le vent, ce véhicule observatoire fait office de camera obscura, cette chambre noire que les anciens perspecteurs utilisaient pour construire scientifiquement leurs illusions picturales. Mazis, alors, il ne peint pas ce qu’il voit, mais l’image mentale qu’il s’en fait, dévoilant ensuite au spectateur, par son principe d’économie, ce qu’il n’avait pas vu de la structure du monde…

0 personne a aimé cet article
Ce contenu a été publié dans Amérique, Mouvements, Peinture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*