Archives par mot-clé : Design

Wine design

S’il est un domaine du design graphique et, plus précisemment, du packaging, qui est en plein boom, c’est bien celui de l’étiquette de bouteilles de vin (voire, parfois, du packaging complet de la bouteille).
La conception d’une étiquette peut en effet, peut-être plus que pour tout autre produit, faire ou défaire le succès d’un nouveau vin mis sur le marché. Même au-delà de la qualité du vin lui-même, l’étiquette joue un rôle primordial dans les décisions d’achat des clients. C’est en partant de ce constat que le talent et la créativité de nombreux graphistes à travers le monde a été mis à contribution. Sur ce petit morceau de papier, comme sur une toile vierge, certains des plus grands designers d’aujourd’hui ont trouvé un espace d’expression, fait d’art et de communication, un lieu où raconter une histoire à un éventuel acheteur de vin.
Vous pourrez voir dans la galerie ci-dessous le résultat souvent époustouflant de leurs travaux…
Attention : à consommer sans modération !

L’art du packaging

Le packaging désigne normalement l’emballage extérieur ou le conditionnement visible du produit. Mais la notion de packaging sous entend également la prise en compte de la fonction de communication, de vente et de séduction exercée par l’emballage dans le lieu de vente et éventuellement après l’achat. Car le « packaging » désigne l’ensemble des caractéristiques d’un emballage, pas uniquement son apparence. Le packaging est une étape essentielle de la stratégie commerciale et de communication (marketing) d’une entreprise pour son produit : il fait l’objet d’études poussées – études qualitatives, études d’eye tracking, panoramas de tendances, analyses socio-ethno-culturelles, benchmarks… Il demande des compétences particulières et très pointues.
Le fait que ce terme anglo-saxon soit utilisé tel quel en français est révélateur de la difficulté de lui trouver une traduction satisfaisante. Il regroupe avantageusement quatre notions, sans pour autant permettre de les décrire précisément de manière individuelle : le conditionnement, l’emballage, le design d’un produit et ses propriétés fonctionnelles.
En France, on considère que le packaging se réfère davantage à l’apparence, confiée à un designer. Il permet la reconnaissance du produit en le rendant plus visible et attrayant dans les lieux de distribution (supermarchés ou petits magasins).

Le packaging :
• constitue une référence, couleur, forme, format, qui révèle le contenu du produit ;
• fournit des informations : composition, mode d’emploi, limites de consommation, dangers ;
• est utilitaire : ergonomie, stockage adéquat ;
• est doté de fonctions techniques : refroidir ;
• s’attache à un positionnement.

Voici quelques exemples de packagings particulièrement réussis (les packagings de bouteilles de vin auront droit à un article séparé) :

The World in Words

Le designer graphique allemand Dirk Schächter a créé Typomaps, une carte du monde (sous-titré The World in Words) combinant géographie et typographie, et donnant au nom des pays la place qu’ils occupent à la surface de la Terre. Le niveau de ressemblance atteint est assez impressionnant. L’ensemble de ce travail a été réalisé “à la main”, aucun programme informatique ne pouvant à ce jour atteindre ce niveau de ressemblance de manière automatique.
Recto-verso (fond clair d’un coté et fond bleu foncé de l’autre – le plus réussi, à mon avis), cette affiche utilise une Helvetica Neue Condensed comme police de caractère unique.
Bien que n’étant pas réellement nouveau (l’agence Pentagram avait sorti en 2009 des affiches qui partaient de la même idée ; ou la Mapamundi de Vladstudio, dans un autre style), le résultat est tout de même bluffant – une de ces cartes est même affichée au mur derrière moi tandis que je tape ces mots sur mon clavier… Vous pouvez les trouver en vente ici pour la modique somme de 49 Euros (je ne touche pas de commission !).

Monoprix

Bon, ça date un peu… mais ça m’éclate toujours autant !
Relooking de fond pour le packaging de la marque distributeur de l’enseigne de centre-ville (magasin populaire). L’entrée de gamme M est rebaptisée MONOPRIX et se pare d’un tout nouveau code graphique à base de typo (Helvetica condensed utilisée à différentes graisses) sur des aplats colorées, et accroche humoristique favorisant la connivence avec le client (« Nous quand on s’ennuie, on pèle des tomates »). A la clé, un Epica de bronze en 2010, catégorie Packaging.
C’est l’agence Havas City qui a mené ce projet en lui apportant une touche Warholienne digne de la célébre « Campbell’s Soup ». L’artiste américain avait permis aux boîtes de soupe d’être accrochées au mur des résidences de Beverly Hills. Mais quand le pop-art entendait présenter l’art comme un simple produit de consommation éphémère, jetable et bon marché, Monoprix tend à faire le contraire en s’appuyant sur ce qui fût un mouvement artistique phare des années 1960-1970 afin de réinjecter une culture du beau dans les objets de consommation.
Mais le pop-art n’est clairement pas le seul père de la campagne Monoprix. On peut aussi penser au mouvement de Stijl (« le style ») emmené par les grands Piet Mondrian et Théo van Doesburg (et quelques autres). Ou au style international Suisse des années 50 dans l’utilisation de la typo et de la grille. Mais l’inspiration la plus évidente se trouve outre-manche, dans le packaging des « Cooks Ingredient » de Waitrose, designés en 2008 par Lewis Moberly et vainqueur des European Design Awards en 2009 (voir dans la galerie ci-dessous).
Au final, les codes utilisés ici par Monoprix inspirent un côté haut de gamme, élitiste et élégant qui, malgré tout, ne se prend pas au sérieux. Le design à la portée de tous, en quelque sorte (même si la cible, ici, ce sont surtout les « bobos »). « L’idée est de faire de chaque produit un ambassadeur de la marque. Chaque produit doit être beau, intelligent, vecteur du langage de Monoprix. » explique Rémi Babinet, Président fondateur d’Havas City. Hé bien, pour ma part, je trouve que c’est diablement bien réussi !

Pour finir, un petit florilège de quelques accroches sympas :
Emmental Français Râpé, « Il est sympa mais il est gratiné »
Pâte feuilletée prête à dérouler, « Elle a beau être bien roulée, elle a quand même l’air tarte »
Comté Affinage 4 mois minimum, « Les bons Comtes font les bons amis »
Cheese burgers, « Chez Monoprix, on est parfois à l’ouest »
Tomates entières pelées au jus, « Nous, quand on s’ennuie, on pèle des tomates »
Salsifis en boite, « Ne dites pas à vos enfants que ce sont des légumes »
Café pur arabica en grains, « Vous avez raison, le thé c’est nul »